Visiter Essaouira le coup de coeur est assuré

Catégories Villes
Essaouira

Histoire d’ Essaouira

Antiquité

Les fouilles archéologiques attestent d’une présence phénicienne dans le site d’ Essaouira qui remonte au milieu du VIIe siècle avant J.C. notamment sur l’îlot de Mogador. Le constitue la position la plus méridionale phénicienne découverte jusqu’à présent. L’îlot n’est qu’à un kilomètre de la ville actuelle. Les fouilles ont révélé différentes strates d’occupations, phénicienne, berbère puis romaine. La strate phénicienne est composée d’un petit établissement d’’environ un hectare. On y a trouvé de nombreux fragments de vases et de tessons phénico-chypriotes et grecs. Compte tenu de l’habitat sommaire, les chercheurs envisagent une occupation saisonnière et précaire du site si lointain.

On pense que le site a été abandonné vers la fin du VIe siècle av. J.-C., avant d’être à nouveau, occasionnellement, fréquenté aux cours des IVe et IIIe siècle av. J.C. Mais au Ier siècle av. J.-C le site d’Essaouira a été occupé régulièrement à partir du règne de Juba II.

Les îles Purpuraires

Dès le IIIe siècle av. J.-C., les Berbères ont constitué une monarchie, puis, en 146 av. J.-C. à la suite de la Troisième guerre punique, la région est passée sous l’autorité des romains. Le royaume dépendait de Rome. Juba II, le plus renommé des monarques berbères, veille au développement de l’industrie de la pourpre ; une production de teinture à partir d’un coquillage (le murex). Cette activité fera la renommée des îles Purpuraires dans tout l’Empire romain. La couleur pourpre était synonyme d’un rang social élevé, chez les Anciens. La présence romaine dans la région durera jusqu’à la fin du Ve siècle.

Époque Moderne

Au XIVe siècle, les portugais comprennent l’importance de cette baie et s’emparent de la ville d’Essaouira en la baptisant Mogdura, probablement une déformation du nom d’un marabout local « Sidi Mogdoul ». Les Portugais utilisent la ville pour leurs activités commerciales. En 1506, ils y construisent un petit port et plusieurs remparts pour la fortifier contre les attaques des tribues locales avoisinantes.

Les Juifs, à l’époque, ont un statut spécial d’intermédiaires entre le sultan du Maroc et les puissances étrangères qui ont des Maisons Consulaires à Essaouira. Ils sont connus comme étant les « négociants du roi » ou encore les « représentants consulaires ». Ils ont, entre autre, le monopole de la vente du blé aux chrétiens, chose interdite aux musulmans. Mogador est bombardée et prise le 15 août 1844 par les Français.

La ville nouvelle

Le sultan Mohammed ben Abdellah décide, en 1764, de construire une base navale à Essaouira. Il fait confie alors la mission à un architecte français, Théodore Cornut, un avignonnais, disciple de Vauban. Il met trois ans à édifier le port et la kasbah s’inspirant de l’architecture de la ville de Saint-Malo.

Période contemporaine

Essaouira comptait quelques 17 000 Juifs pour à peine 10 000 musulmans vers la moitié du 19ème sicècle. Mais la plupart des familles juives quittent la ville suite à la guerre des Six Jours. Actuellement, il n’en reste que quelques-unes.

Pendant des années, Essaouira est le seul port marocain ouvert au commerce extérieur. Mais, la situation va changer avec le protectorat français qui a privilégié d’autres ports et à leur tête celui de Casablanca. La ville sombre dans le déclin pendant des décennies. Elle se ressaisit au début des années 1990, grâce aux activités liées au tourisme et à la renommée culturelle qu’elle s’est forgée.

La ville est aujourd’hui le chef-lieu d’une province de 500 000 habitants, pour à caractère principalement rural. La ville est liée par des accords de coopération avec les villes de Saint-Malo et La Rochelle. Décembre 2001, la médina d’Essaouira est a inscrite par l’UNESCO sur la liste du patrimoine culturel de l’Humanité depuis décembre 2001.

Importants lieux touristiques à Essaouira

la Sqala : Kasbah d’ Essaouira

Ce monument est rendue célèbre par le film Othello d’Orson Welles, La Sqala ou la Kasbah d’Essaouira est une ancienne batterie où sont alignés des canons. Les corsaires du sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah utilisaient ces remparts comme base d’attaque et forteresse défensive.

Le port d’ Essaouira

L’un des lieux les plus visités à Essaouira. Le port d’Essaouira est très vieux et a eu un passé glorieux, mais à présent d’autres ports marocains l’ont surclassé au niveau économique, mais sans rien toucher à son charme unique, car rien ne vaut une grillade de sardines fraîchement pêchées dans ce lieu vers lequel tout visiteur de la ville se sentira guidé naturellement.

Le kitesurf à Essaouira

Parmi les activités qui font la renommée d’Essaouira il y a les sports nautiques, notamment le windsurf et kitesurf, favorisés par des vents atlantiques puissants qui soufflent presque constamment dans la baie (les alizées). Cette renommée a permis à Essaouira d’organiser annuellement une étape de la Coupe du Monde de Kitesurf.

La corniche d’ Essaouira

La corniche d’Essaouira est d’une beauté incomparable, prendre un café, bronzer, jouer au basketball, pratiquer son sport de glisse favoris, nager, ou tout simplement marcher le long de la plage jusqu’à Dar Elbaroud. La plage d’Essaouira s’étend sur 6 kilomètres.

La musique Gnaoua d’ Essaouira

La musique Gnaoua est d’origine africaine. Elle s’est développée à Essaouira grâce aux esclaves qui y été ramenés. Cette musique raconte essentiellement leur souffrance. On pleut écouter la musique Gnaoua un peu partout dans la ville. Dans la place près du port des cafés programment des séances pour amoureux de la musique Gnaoui. Sur la même place on organise un grand festival de la musique Ganoua.

Le marché d’ Essaouira

Dans la médina d’Essaouira, l’on peut se balader dans  les ruelles humides et apprécier le travail des artisans locaux (travail de la tuiya, de l’argent, du cuir, du cuivre…). Un marché de poissons et des épices vaut le détour aussi.  Il n’est pas étonnant également de rencontrer ses peintures aux couleurs de la mer dans presque toutes les ruelles.

L’huile d’argan d’ Essaouira

L’arganier est un arbre endémique de la région qui s’étend d’Essaouira jusqu’au sud d’Agadir. On n’en trouve nulle part ailleurs dans le monde.  Les graines de cet arbre servent à produire la fameuse huile d’argan dont la demande mondiale incessamment grandissante en fait s’envoler le prix. Mais les propriétés nutritionnelles et curatives valent bien son coût.

Hébergement à Essaouira

Le tourisme est l’une des activités les plus importantes à Essaouira, et il ne cesse de se développer. Essaouira ne manque pas de jolis hôtels modernes, surtout le long de la plage, ni d’autres alternatives d’hébergement qui font la spécificité du Maroc tels que les riads (habitations traditionnelles dans la vieille ville marocaines).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *